Alexandra reste sur sa faim !

 

La championne de France du marteau a réussi un jet à 69,16 m, ce dimanche à Blois. A deux mètres du record de France espoirs.

 

 

Alexandra-Tavernier-reste-sur-sa-faim_image_article_large

Alexandra Tavernier espérait battre le record de France espoirs du marteau (71,18 m, par Manuela Montebrun), ce dimanche au stade des Allées de Blois, à l’occasion des interclubs nationaux moins de 23 ans.

La lanceuse d’Annecy a dû se contenter d’un meilleur essai (le deuxième) à 69,16 m. Une performance nettement supérieure à celle qui lui avait permis d’être sacrée championne de France de la discipline, en juillet dernier à Reims (66,99 m). Mais une performance qui l’a laissée sur sa faim.

« A l’échauffement, ce n’est jamais vraiment çà, mais dès que la compétition commence, une porte s’ouvre dans mon cerveau, confiait Alexandra à son papa et ancien entraîneur, Christophe, après son deuxième essai. » Et d’ajouter, très déterminée : « Je n’imagine même pas rester sous les 70 mètres… »
La Savoyarde n’a malheureusement pas réussi à améliorer sa marque, dimanche. Peut-être parce que le format des interclubs n’est pas idéal pour une championne de cette trempe. Seize athlètes sur un même plateau, cela donne forcément un concours très long. Et quand, en plus, comme Tavernier, on est également engagée sur le disque – les deux concours se chevauchaient, dimanche – cela complique encore un peu plus les choses.

« Mais je crois surtout qu’Alexandra a laissé un peu d’énergie lors du stage que nous venons d’effectuer à Boulouris, sur la Côte d’Azur, explique Walter Ciofani, son nouveau coach. Elle a battu des records personnels sur certains engins de travail, comme le marteau court de 4 kg. Et cela laissait vraiment envisager une perf aux alentours de 72 m ou 73 m ce dimanche. Il y a donc un peu de déception. Mais nous sommes engagés sur un projet à long terme, avec les Mondiaux de Pekin, en août 2015, puis les JO de Rio en 2016. »

Depuis la rentrée de septembre, Walter Ciofani dirige un petit groupe de lanceuses, regroupées à l’Insep, où Alexandra Tavernier est inscrite en Staps option kiné. « Nous allons rentrer dans une grosse période de travail. Avec quelques échéances intermédiaires. Il pourrait d’abord y avoir un test, début janvier 2015 à Bobigny. Car, pour aller à Pékin, il va falloir réaliser les minima, sans doute aux alentours de 71 m. Et on bouclera la saison hivernale par le challenge européen des lancers longs, en mars au Portugal. »

Olivier Allègre

Les commentaires sont fermés.