Ça montre une force de caractère !

 

Installée à Pluzunet, la lanceuse de marteau Alexandra Tavernier a vécu des péripéties cet automne, avec un imbroglio autour de son lieu d’entraînement.                               Aujourd’hui, la situation est redevenue « normale ».

Entretien

Alexandra Tavernier, 24 ans, vice championne d’Europe de lancer de marteau, recordwoman dE France(74,78m).

Venue s’entraîner dans les Côtes d’Armor en 2016 pour être proche de son entraîneur Gilles Dupray, laHaut-Savoyarde a vu son quotidien bouleversé l’été dernier.                    Ne pouvant plus s’entraîner à Lannion, elle a dû parcourir 200 km aller-retour chaque jour pour pratiquer.                                                                                                              Après un appel aux dons lancé sur le web, des internautes se sont mobilisés (8 000euros), de même que son sponsor et la mairie de Ploumilliau, où elle peut désormais s’entraîner. À dix minutes de chez elle.

  Après deux mois compliqués ,la situation semble redevenue« normale », non ?                         

Oui ! Ça fait du bien de voir que les gens se sont mobilisés, surtout dans une société plutôt individualiste.                                                                                                         J’espère vraiment que les performances suivront. Et que s’il y a médaille, ça profite à ceux qui ont donné, qui se sont investis.

                                                                                                                                                             Avez-vous de la rancoeur après l’épisode avec la mairie de Lannion, qui ne vous a plus mis de lieu d’entraînement à disposition ?

Pas de la rancoeur, non. Mais plutôt de l’incompréhension.                                                Je ne discute pas la décision, mais plutôt la façon dont les choses ont été faites.              Mais maintenant, c’est du passé. J’espère que la ville de Ploumilliau va utiliser notre image à fond, qu’elle va profiter de tout ça.                                                                                      J’ai envie de faire plaisir aux gens, d’être performante pour eux.

                                                                                                                                                    Ces deux mois où vous avez fait200 km aller-retour pour vous entraîner, comment les avez-vous vécus ?

En fait, c’est paradoxal mais cette période est passée assez vite (sourire).                             Entre les déplacements à l’étranger, tout ça…                                                                           Et cette période noua beaucoup rapprochés avec Gilles.                                                    Pour cela, on peut dire que c’était unmal pour un bien.« Que j’ai touché lesgens, c’est flatteur,j’en suis émue »

Comment décririez-vous cette relation avec Gilles, également en charge des lanceurs à la fédération ?

On était très fusionnel, mais on s’est encore plus rapprochés ces derniers temps.                     J’ai un énorme respect pour lui.Être entraînée par une telle personne, c’est génial.          On est un binôme, il m’apporte énormément de choses. Et je pose beaucoup de questions Je demande toujours pourquoi, à quoi peut servir tel exercice…

Avez-vous songé à quitter la Bretagne et rejoindre une plus grosse structure d’entraînement, comme d’autres athlètes ? 

 Jamais ! Je suis tombée amoureuse de la Bretagne, même si la montagne me manque parfois (sourire).                                                                                                                       Les Bretons sont très accueillants, ils sont curieux. Je me suis fait des amis ici. Et puis, ça montre une force de caractère, d’avoir voulu rester malgré tout ça, de ne pas avoir lâché.

Ceux que vous croisez, quel regard portent-ils sur votre discipline ? Car même si Mélina Robert-Michon (disque) et vous performez, le lancer reste encore en retrait, en France. 

C’est assez drôle. Une fois, on m’a dit : « Vous prenez un marteau dans votre établi et vous le lancez, c’est ça ? » (rires).                                                                                      Même si là, on commence à se faire connaître, on nous pose des questions, on s’intéresse à nous… J’espère que cet engouement pour le lancer va continuer.                                     Des retours que j’ai eus, les gens ont adoré suivre les championnats d’Europe. On m’a reconnue dans le train, quand j’ai acheté ma maison…                                                          Et en civil surtout ! Que j’ai touché les gens, qu’ils connaissent la performance faite, c’est flatteur, j’en suis émue

Connaissez-vous les grandes lignes de votre calendrier, d’ici les championnats du monde à Doha en septembre 2019 ?

 Ouh là non (rires) ! Jusqu’au 15 décembre, disons que j’ai une visibilité. Je vais beaucoup m’entraîner à Annecy,où je retourne pour quelques semaines, avec un programme éprouvant laissé par Gilles.                                                                                     Il m’a dit : « Décembre, ça va être un mois de courbatures ».                                         L’idée c’est de faire du jus. Ensuite, du 17 au 22 décembre, on a une sorte de stage – bilan avec Quentin Bigot (lanceur de marteau en équipe de France).                                Puis début janvier (du 6 au 18), un stage avec tous les lanceurs de l’équipe de France, en Espagne.                                                                                                                                    Avec quelques jeunes qui viendront aussi s’entraîner avec nous, c’est important.

La prochaine compétition officielle ?

Début février je suppose. J’espère encore performer cette année. Mais quoiqu’il arrive, je sais que les saisons ne se ressemblent jamais. L’objectif final, c’est Tokyo (Jeux Olympiques de 2020).

Recueilli par Alvin KOUALEF.Ca montre une force de caractère

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.