Athlète du mois de juin

Alexandra Tavernier a été élue athlète du mois de juin avec 27 % des suffrages. Troisième du meeting de Chorzow (Pologne) le 16 juin, elle avait propulsé ce jour-là son marteau à 74,84 m, une performance synonyme de record personnel et donc de record de France amélioré de six centimètres. Très régulière depuis le début de la saison estivale, la vice-championne d’Europe pourrait bien lancer encore plus loin au cours des prochaines semaines.


La sociétaire d’Annecy Haute Savoie Athlétisme devance Blandine Lhirondel (Bordeaux Athlé), championne du monde de trail à Mirando do Corvo (Portugal) et révélation de la saison, qui recueille 17 % des voix.

La troisième place s’est jouée entre Djilali Bedrani (SA Toulouse UC) et Valentin Lavillenie (Clermont Athlétisme Auvergne), avec une petite voix d’écart en faveur du premier nommé.

Le désormais quatrième meilleur performeur français sur 3000 m steeple (8’09’’47 à Monaco le 12 juillet) était nominé suite à ses 8’18’’44 le 16 juin à Rabat, alors que le plieur de gaule avait porté son record à 5,81 m lors du meeting de Pierre-Bénite (il a depuis amélioré encore sa performance d’un centimètre à Monaco).

On retrouve ensuite Yanis esmeralda David (Monster Club Athlé), championne NCAA de la longueur avec 6,84 m et deuxième du triple saut, Basile Rolnin (Lille Métropole Athlétisme) qui a porté son record personnel au décathlon à 8205 points,

Wilhem Belocian (Stade Lamentin) vainqueur lors du meeting de Nancy en 13’’28, Solène Ndama(Bordeaux Athlé) en pleine progression à l’heptathlon avec 6290 points lors du Décastar, et enfin Julien Rancon (EA Grenoble 38), vice-champion du monde de trail.

 

Article FFA

Nouveau record de FRANCE

Avec un jet à 74,84 m, la lanceuse de marteau annecienne a battu de six centimètres son record de France du marteau à Chorzow (Pologne). 

Son début de saison l’avait laissé présager, avec déjà deux concours au-delà des 74 mètres le 19 mai à Montbéliard (74 m) et le 7 juin à Angoulême (74,20 m). Alexandra Tavernier avait largement dans les jambes et les bras son record de France, établi l’an dernier à Berlin avec 74,78 m pour aller chercher la médaille d’argent européenne. Elle n’aura eu besoin que de quelques jours supplémentaires pour faire tomber sa meilleure marque nationale (sous réserve d’homologation), grâce à un jet à 74,84 m ce dimanche lors du très relevé Memorial Janusza Kusocinskiego à Chorzow, sur les terres polonaises de la recordwoman du monde Anita Wlodarczyk.

Une performance que la lanceuse d’Annecy Haute Savoie Athlétisme a réalisée au troisième essai et qui lui a permis de prendre la troisième place du concours, derrière la belle surprise américaine Gwen Berry (75,79 m) et Wlodarczyk (75,12 m). A noter qu’elle a réalisé quatre lancers au-delà des 72 mètres pendant la compétition, qui s’est déroulée après un gros orage ayant rendu le plateau glissant, alors que le thermomètre dépassait les 30 degrés hier.

La barrière symbolique des 75 mètres, qu’elle a dépassée lors de sa sixième tentative mordue de peu, tend désormais les bras à la Française. Au vu de sa régularité, l’athlète entraînée par Gilles Dupray a passé un nouveau cap cette saison et ne s’arrêtera pas là. Prochain rendez-vous pour faire parler l’an poudre : le meeting d’Ostrava jeudi prochain.

 

Article FFA

 

 

3 ème meilleure performance de sa carrière !

La médaillée d’argent européenne au marteau a réalisé la performance phare du long week-end de Pentecôte, avec un jet à 74,20 m à Angoulême. 

Alexandra Tavernier est, pour l’instant, branchée sur courant alternatif cette saison. Avec un concours correct, autour des 70 mètres, suivi d’un coup d’éclat. Vendredi, à l’occasion du meeting national d’Angoulême, la lanceuse d’Annecy Haute Savoie était dans un grand jour. Après un deuxième et un troisième essai à 73,76 m et 73,77 m, elle s’est lâchée à son ultime tentative avec un jet à 74,20 m. La troisième meilleure performance de sa carrière, supérieure de 20 centimètres à son lancer de référence cet été et à seulement 58 centimètres de son record de France. Une meilleure marque nationale qui, au vu de son début de saison, est en danger à chaque concours.

 

Article FFA

Médaille d’argent et record de France !

Tavernier, de l’argent qui vaut de l’or

Elle nous a fait une « Mélina Robert-Michon » ! La multi-médaillée internationale au disque s’est fait une spécialité, lors de chacune de ses finales en grand championnat, de faire mal mentalement à ses adversaires dès le premier essai en frappant un grand coup. Ce qu’a exactement réussi à réaliser ce dimanche soir Alexandra Tavernier, dans un stade olympique de Berlin toujours aussi transporté par les lancers. Cinquième à entrer dans l’aire, la lanceuse de marteau d’Annecy Haute Savoie Athlétisme a effectué le plus beau jet de sa carrière au meilleur des moments. Pourtant, à l’échauffement, ça ne tournait pas rond. « Le but était d’assurer le premier jet, raconte-t-elle. Mais je me suis dit, tant qu’à faire, autant y aller. »

Malgré une technique encore perfectible, avec un dernier tour manquant de vitesse, son engin retombait à 74,78 m. Une performance « magistrale », selon le mot de la principale intéressée, qui lui permettait d’effacer enfin le record de France de Manuéla Montebrun (74,66 m en 2005) qu’on lui promettait depuis si longtemps. « Commencer comme ça, c’est du délire », n’en revenait toujours pas, à l’issue du concours, son entraîneur Gilles Dupray, les yeux rougis par l’émotion à l’entrée des tribunes.

La Française de 24 ans a logiquement eu du mal à se remettre de son exploit. « Son premier essai a fait mal à tout le monde mais à elle aussi », résume son coach. Sauf qu’après trois  jets aux alentours des 70 mètres, elle a réussi à relancer la machine lors de ses deux derniers essais, avec 73,92 m puis 74,20 m. Mais si Mélina Robert-Michon a sa Sandra Perkovic, Alexandra Tavernier a son Anita Wlodarczyk. C’est-à-dire une championne qui écrase de toute sa classe sa spécialité depuis de longues années. La Polonaise n’a donc pas tardé à prendre la tête avec un deuxième essai à 76,50 m, avant de réaliser une somptueuse série avec trois tentatives à plus de 77 mètres, dont une performance de pointe à 78,94 m.

La médaille de la renaissance

La Savoyarde fait une magnifique vice-championne d’Europe, derrière Wlodarczyk mais devant ses compatriotes Joanna Fiodorow, en bronze avec 74,20 m, et Malwina Kopron, au pied du podium avec 72,20 m. « Ça n’est que du bonheur, savoure-t-elle. Ça fait du bien. Cette récompense a la saveur du travail qui a payé. Je suis super heureuse. » Alexandra Tavernier goûte à l’argent, après le bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015. Trois ans après la médaille de l’insouciance, voici celle de la renaissance. Entre-temps, entre manque de confiance et perte de repères, elle en aura bavé avant de relever la tête. « Ce sont deux années de galère qui sont derrière nous maintenant et il y a encore beaucoup d’axes de progression », avance Gilles Dupray, déjà tourné vers la suite.
Sa protégée va devoir repousser ses vacances pour participer à la coupe intercontinentale, qui se déroulera les 8 et 9 septembre à Ostrava. Mais avant ça, elle va devoir changer plusieurs de ses mots de passe, qui visiblement s’inspiraient beaucoup d’un certain record de France.

Article FFA

 

Alexandr est de retour !

Après deux années délicates, la Française est de retour au premier plan. Au point de briguer l’or au lancer du marteau lors des Championnats d’Europe de Berlin.

 

Championne du monde juniors en 2012, médaillée de bronze lors des Championnats du monde seniors en 2015 à Pékin à seulement 21 ans : Alexandra Tavernier a connu une ascension météorite au lancer du marteau. Peut-être trop rapide au vu de la suite. Dès l’année suivante, la Française prenait le retour de bâton en pleine face. Brutalement. Lors des Jeux olympiques à Rio, elle parvenait tout juste à décrocher sa place en finale avant d’échouer à une anonyme 11e place, avec un jet à 65,18m éloigné de quasiment dix mètres de ses meilleurs standards.

Confirmer est souvent le plus dur pour un athlète de haut niveau. A son corps défendant, la Savoyarde payait pour l’apprendre. Au point même d’envisager un instant arrêter sa carrière, comme elle le confiait au Dauphiné Libéré : «J’ai voulu arrêter pourtant… Je me disais qu’après ma médaille à Pékin, personne ne m’en voudrait, mais j’ai pensé qu’on allait me prendre pour une faible. Si j’arrêtais, tout le monde allait être déçu et décevoir mes parents, c’est la dernière chose que je veux faire dans ma vie. Il y a aussi une part d’égoïsme qui m’a fait continuer. Je ne pense qu’à moi et tant pis pour les autres. J’ai eu la chance de rencontrer ma psychologue, Meriem Selmi. Elle a commencé par me dire mes quatre vérités puis on a travaillé sur la confiance, sans parler d’athlé. J’ai aussi trouvé une équipe autour de moi en Bretagne.»

JE DÉCOUVRE

“J’ai validé ma première année de psychologie avec une super moyenne, mon chien va bien, mes parents sont en super forme…”

S’exiler pour retrouver le sourire. Telle aura été la méthode pour Tavernier qui, pendant deux années, broie du noir. Avant de remonter la pente et de renaître. Dans sa tête tout d’abord.

« Généralement, quand ça ne va pas bien dans la tête, cela ne va pas bien non plus dans les jambes et donc dans le marteau, analysait-elle dans les colonnes du magazine de la Fédération. Mais là, j’ai validé ma première année de psychologie avec une super moyenne, mon chien va bien, mes parents sont en super forme, mon frère fait d’excellentes performances (5e des Championnats du monde juniors au marteau également), j’ai explosé mes records à l’entraînement, je me suis acheté une maison en Bretagne…» Un équilibre dans sa vie personnelle qui rejaillit dans la cage. « C’est terminé d’être spectatrice comme ces deux dernières années parce que les filles étaient trop au-dessus de moi. Là, je suis régulièrement dans le top 3 européen, je ne suis plus celle qui vient pour faire huitième.»

74,09m à Chorzow, en Pologne, le 8 juin dernier, puis 73,97m quatre jours plus tard à Ostrava. La confiance est revenue et Tavernier peut de nouveau ambitionner effacer le record de France d’une certaine Manuela Montebrun (74,66m) avec pour l’instant une meilleure performance personnelle à 74,39m. Lors des qualifications des Championnats d’Europe à Berlin vendredi matin, Tavernier n’a pas tergiversé avec un premier jet à 72,88m synonyme de qualification directe pour la finale, sans se fatiguer ni se stresser inutilement. Et surtout en étant porté par un enthousiasme qui rappelle la Tavernière de 2015, alors insouciante et pétillante : « Ma performance est hyper correcte, le plus dur est passé. Maintenant on va essayer de s’éclater en finale. C’est classe de passer dès le premier essai, mais surtout c’est bien de s’épargner du stress et un long concours de qualification. En finale, on devrait être six pour trois places sur le podium, tout est ouvert.» Notamment pour elle qui a su remettre sa carrière à l’endroit. Confirmation attendue ce dimanche à Berlin.

4 ème titre de championne de France Elite .

La Haut-Savoyarde Alexandra Tavernier a remporté son quatrième titre de championne de France du marteau ce dimanche à Albi.

Avec un jet à 73,72 m, l’Annécienne a surclassé la concurrence puisque la deuxième, Audrey Ciofani, a lancé à 68,57 m.

 

 

D’une belle régularité (quatre jets au-delà des 72 mètres), Tavernier a battu le record des championnats de France (73,40 m par Stéphanie Falzon en 2008), même si elle a déjà fait mieux cette saison (74,09 m à Chorzow (Pologne) le 8 juin).

La Haut-Savoyarde sera plus que jamais candidate à la médaille dans un mois lors des championnats d’Europe de Berlin (6-12 août).

 

Article Dauphiné Libéré

 

Malgré un coup de chaud sur le stade baigné de soleil d’Albi, Alexandra Tavernier (Annecy Haute-Savoie Athlétisme) a amélioré le record des championnats au marteau, avec un jet mesuré à 73,72 m à sa quatrième tentative.

 

« Pour une fois que je réussis mes championnats de France, soupirait la Savoyarde installée en Bretagne. J’avais 64 m l’an passé, 66 m en 2016 et 2014… Là, je suis bien contente de battre ce record. En plus, quand Stéphanie Falzon avait lancé à 73,40 m en 2008, elle avait fait de super Jeux olympiques dans la foulée. J’espère que c’est bon signe pour moi… »

De retour à son meilleur niveau, la médaillée de bronze des Mondiaux 2015 a désormais un autre record dans le viseur : la meilleure marque nationale détenue par Manuela Montebrun avec 74,66 m.

 

Article FFA

 

 

Jeux Méditerranéens : Le marteau fait coup double !

Alexandra Tavernier et Camille Sainte-Luce ont superbement lancé l’équipe de France dans ces Jeux méditerranéens, mercredi soir à Tarragone, avec respectivement le titre et la médaille de bronze. Jimmy Gressier est le troisième finaliste tricolore du jour, avec sa huitième place sur 5000 m.

 

Qu’elles semblent loin, les saisons 2016 et 2017. En deux ans, Alexandra Tavernier avait dépassé à deux reprises la barrière des 72 mètres, elle qui possède un record à 74,39 m établi lors de sa troisième place mondiale à Pékin en 2015.

Cet été, elle en est déjà à une série (toujours en cours) de cinq concours à plus de 72 mètres.

Dont le dernier mercredi soir à Tarragone avec un premier jet à 73,67 m, qui permet à la lanceuse d’Annecy Haute Savoie Athlétisme de décrocher avec la manière le titre lors de ces Jeux méditerranéens.

Et comme un bonheur ne vient jamais seul,  la Savoyarde est montée sur le podium avec Camille Sainte luce(Savigny Sénart Athlétisme), troisième grâce à un lancer à 68,93 m.

article FFA

 

 

 

Début de saison très prometteur !

 

 

Très satisfaite de mes premiers résultats:

Dans le top 3 européen à chaque compétitions avec des jets à74 m .

Prochaine étape , le meeting de Madrid et les championnats méditerranéens..

 

Meeting de Forbach en France

 

 

Meeting de Zenica en Bosnie

 

 

Meeting de Chorzow en Pologne

 

 

meeting d’Ostrawa en république tchèque