Coupe d’Europe Hivernale.

leiria

Dix femmes, deux hommes. La composition de l’équipe de France, qui participe ce week-end à la Coupe d’Europe hivernale des lancers à Leiria (Portugal), est déséquilibrée. Mais elle reflète l’état des lieux du moment, avec un collectif féminin en plein boom derrière sa meneuse Mélina Robert-Michon. Gilles Dupray, le responsable national des lancers, présente les ambitions des Bleus.

« Une belle équipe féminine et, à côté, deux colosses pour les surveiller. »

C’est ainsi que Gilles Dupray résume, avec une pointe de malice, l’équipe qui s’envole ce vendredi pour le Portugal et le grand rendez-vous continental des lanceurs. Une compétition qui s’est imposée, au fil des saisons, comme une étape importante dans la préparation des meilleurs athlètes européens, avec une concurrence à chaque fois très relevée. Dans ce contexte, l’équipe de France assume ses ambitions. « Nous pouvons viser entre quatre et six médailles », annonce le responsable national des lancers. Sur le plan collectif, les espoirs et les seniors femmes ont des arguments à faire valoir. Ces dernières sont d’ailleurs des habituées du podium et, sur le papier, la densité des athlètes tricolores alignées a fière allure.

Robert-Michon et Tavernier en pleine forme

Individuellement, on attend forcément beaucoup de Mélina Robert-Michon. Capable d’élever son niveau dès qu’elle porte le maillot bleu, la spécialiste lyonnaise du disque confiait à athle.fr, cette semaine, viser la victoire.

A suivre également : Alexandra Tavernier, inscrite au marteau dans le concours seniors et qui a battu son record personnel il y a quelques jours (à lire ici), Alexia Sedykh, dans la même épreuve mais chez les espoirs, ou encore les lanceuses de javelot Mathilde Andraud (senior) et Margaux Nicollin (Dijon UC), qui ont toutes les moyens de monter sur la boîte.

Objectif Pékin pour Bucki

La junior Audrey Ciofani (marteau), Dorine Viardot (disque espoirs) et Pauline Pousse (Athlé 91) auront l’occasion de continuer à s’aguerrir, tout en se situant dans la hiérarchie continentale. Enfin, après des championnats de France Elite détonants et des Europe de Prague plus en retrait, on attend beaucoup des lanceurs de poids. Gaëtan Bucki aimerait profiter de la date d’ouverture de réalisation des niveaux de performance pour les Mondiaux de Pékin pour atteindre, dès ce week-end, les 20,45 m demandés. Frédéric Dagee, qui n’était pas en République Tchèque, aura à cœur de briller, tout comme, chez les femmes, Jessica Cerival et Nadege Mendy (poids espoirs).

« L’objectif est de poursuivre sur la même dynamique que lors du stage en Afrique du Sud et lors du rassemblement jeunes à Boulouris, conclut Gilles Dupray. Tous les lanceurs discutent ensemble, il y a un vrai esprit d’équipe et une énergie qui en ressort. » Qui ne demande, désormais, qu’à être traduite au niveau des résultats.

 

Article du site de la FFA

 

Les commentaires sont fermés.