les lanceurs qualifiés à Doha.

A trois jours du début des Mondiaux (27 septembre au 6 octobre), présentation, épreuve par épreuve, des quatre lanceurs .

LANCER DU DISQUE : GARDER LES BONNES HABITUDES

Ses adversaires sont prévenues, mais Mélina Robert-Michon compte bien leur refaire le même coup que d’habitude. Pour l’instant, le plan se déroule à la perfection : une saison plutôt timide en meetings, une première éclaircie sous le maillot de l’équipe de France (2e lors des championnats d’Europe par équipes), et une performance de pointe devant son public (62,62 m lors du meeting de Paris). La suite logique et espérée : des qualifications rondement menées à Doha, puis un premier essai impressionnant en finale pour assommer une bonne partie de la concurrence. La lanceuse de disque du Lyon Athlétisme, 40 ans depuis le 18 juillet, vise un troisième podium mondial, après l’argent en 2013 et le bronze en 2017. Vingt-trois athlètes ont lancé plus loin qu’elle cet été. Tant mieux, elle risque d’en surprendre encore quelques-unes.

 

 

LANCER DU MARTEAU : POURSUIVRE SUR LEUR LANCÉE

Alexandra Tavernier réalise pour l’instant la meilleure saison de sa carrière. A 25 ans, la lanceuse de marteau d’Annecy Haute Savoie Athlétisme n’a jamais été aussi régulière, avec onze concours à plus de 70 m et sept à plus de 72,50 m. Dont un jet à 74,84 m lors du meeting de Chorzow le 16 juin, synonyme de record de France. Vainqueur lors des championnats d’Europe par équipes à Bydgoszcz, l’élève de Gilles Dupray est une candidate au podium en puissance. La Polonaise Anita Wlodarczyk, patronne incontestée de la discipline, est absente pour blessure. Et les Américaines, qui possèdent les trois meilleures performances d’engagement, ne sont pas des assurances tous risques. En clair, il y a un vrai coup à jouer pour la Tricolore, huitième sur la liste des engagées.

 

Quentin Bigot a rejoint pendant neuf jours Alexandra Tavernier à Ploumilliau (Côtes-d’Armor) pour un stage terminal, lors duquel il a pu partager les séances de la vice-championne d’Europe du marteau. Il y a deux ans, le lanceur d’Athlétisme Metz Métropole avait impressionné lors des Mondiaux de Londres, en terminant à la quatrième place. Comme en 2017 et 2018, la densité de la discipline permet à une bonne quinzaine d’athlètes de pouvoir prétendre à la boîte. Le Français, avec cinq concours à plus de 77 m cet été et une performance de pointe à 78,14 m qui lui offre la dixième place sur la liste des engagés, en fait bien sûr partie.

 

 

LANCER DU JAVELOT : ÊTRE ENCORE UNE PIONNIÈRE

L’an dernier à Berlin, Alexie Alaïs était devenue la première lanceuse de javelot tricolore à être finaliste aux championnats d’Europe, en prenant une superbe sixième place. La Guyanaise du Rou Kou a l’occasion d’écrire à Doha une nouvelle page de l’histoire hexagonale de la discipline. Elle a encore franchi un palier cet été, à la faveur d’une belle victoire lors des championnats d’Europe par équipes grâce à un jet à 63,46 m. Le record de France de Mathilde Andraud n’est plus qu’à huit centimètres. Mais l’élève de Magali Brisseault-Waldet et David Brisseault vise bien plus loin. Dix-huitième sur la liste des engagées, elle pourra s’appuyer sur son mental de guerrière pour créer la surprise.

article FFA

Les commentaires sont fermés.