Médaille d’argent et record de France !

Tavernier, de l’argent qui vaut de l’or

Elle nous a fait une « Mélina Robert-Michon » ! La multi-médaillée internationale au disque s’est fait une spécialité, lors de chacune de ses finales en grand championnat, de faire mal mentalement à ses adversaires dès le premier essai en frappant un grand coup. Ce qu’a exactement réussi à réaliser ce dimanche soir Alexandra Tavernier, dans un stade olympique de Berlin toujours aussi transporté par les lancers. Cinquième à entrer dans l’aire, la lanceuse de marteau d’Annecy Haute Savoie Athlétisme a effectué le plus beau jet de sa carrière au meilleur des moments. Pourtant, à l’échauffement, ça ne tournait pas rond. « Le but était d’assurer le premier jet, raconte-t-elle. Mais je me suis dit, tant qu’à faire, autant y aller. »

Malgré une technique encore perfectible, avec un dernier tour manquant de vitesse, son engin retombait à 74,78 m. Une performance « magistrale », selon le mot de la principale intéressée, qui lui permettait d’effacer enfin le record de France de Manuéla Montebrun (74,66 m en 2005) qu’on lui promettait depuis si longtemps. « Commencer comme ça, c’est du délire », n’en revenait toujours pas, à l’issue du concours, son entraîneur Gilles Dupray, les yeux rougis par l’émotion à l’entrée des tribunes.

La Française de 24 ans a logiquement eu du mal à se remettre de son exploit. « Son premier essai a fait mal à tout le monde mais à elle aussi », résume son coach. Sauf qu’après trois  jets aux alentours des 70 mètres, elle a réussi à relancer la machine lors de ses deux derniers essais, avec 73,92 m puis 74,20 m. Mais si Mélina Robert-Michon a sa Sandra Perkovic, Alexandra Tavernier a son Anita Wlodarczyk. C’est-à-dire une championne qui écrase de toute sa classe sa spécialité depuis de longues années. La Polonaise n’a donc pas tardé à prendre la tête avec un deuxième essai à 76,50 m, avant de réaliser une somptueuse série avec trois tentatives à plus de 77 mètres, dont une performance de pointe à 78,94 m.

La médaille de la renaissance

La Savoyarde fait une magnifique vice-championne d’Europe, derrière Wlodarczyk mais devant ses compatriotes Joanna Fiodorow, en bronze avec 74,20 m, et Malwina Kopron, au pied du podium avec 72,20 m. « Ça n’est que du bonheur, savoure-t-elle. Ça fait du bien. Cette récompense a la saveur du travail qui a payé. Je suis super heureuse. » Alexandra Tavernier goûte à l’argent, après le bronze aux Mondiaux de Pékin en 2015. Trois ans après la médaille de l’insouciance, voici celle de la renaissance. Entre-temps, entre manque de confiance et perte de repères, elle en aura bavé avant de relever la tête. « Ce sont deux années de galère qui sont derrière nous maintenant et il y a encore beaucoup d’axes de progression », avance Gilles Dupray, déjà tourné vers la suite.
Sa protégée va devoir repousser ses vacances pour participer à la coupe intercontinentale, qui se déroulera les 8 et 9 septembre à Ostrava. Mais avant ça, elle va devoir changer plusieurs de ses mots de passe, qui visiblement s’inspiraient beaucoup d’un certain record de France.

Article FFA

 

Les commentaires sont fermés.