Record de France : Tavernier, un cap est franchi

La championne de France du marteau a à nouveau battu le record national et passé, enfin, la barre des 75 m qui se refusait à elle depuis plusieurs années, avec 75,24 m lors du meeting de Kladno (CZE).

Cela devait bien finir par arriver, à force de naviguer au-dessus des 74 m : ce mercredi 16 septembre, lors du meeting de Kladno, en République tchèque, Alexandra Tavernier s’est non seulement offert un nouveau record de France du marteau, mais elle a aussi franchi avec 75,24 m, la barre des 75 m. Un accomplissement attendu, l’un des grands objectifs de sa saison, nous avait-elle annoncé après avoir déjà amélioré le record national dès sa rentrée avec 74,94 m à Lyon le 11 juillet.

« Je suis heureuse, très très heureuse, s’enthousiasmait la championne juste après son concours. Ça faisait un bon bout de temps que j’attendais et sur ce meeting, j’ai retrouvé l’esprit des grands championnats, sans autre pression que la compétition : les gens n’attendaient pas une perf. » « Mine de rien, elle avait une petite pression avec cette barrière des 75 m, car tout le monde lui en parlait depuis juillet, et c’était vraiment l’objectif », observe son entraîneur Gilles Dupray. L’entraîneur coachait son athlète à distance, de chez lui, à coup de transferts vidéo avec le père d’Alexandra présent sur place – tout comme son frère Hugo, qui allait lui aussi lors du même meeting améliorer son record de près de trois mètres, avec 72,28 m. Et Alexandra, qui se disait lassée de bloquer sur le chiffre 74, n’a pas fait les choses à moitié, du moins pas une seule fois : au cours d’un concours de très haut niveau et « très bien construit », le plus relevé de sa carrière (72,76 m 73,27 m 73,68 m 75,24 m 75,12 m 74,71 m), elle passait les 75 m à deux reprises, sur les 4e et 5e tentatives. « Mais franchement, même mon jet du record n’est pas bon, pas beau, très loin d’être parfait, s’étonne-t-elle encore. Je ne fais cette perf que sur la tronche et la volonté parce que techniquement, il est très perfectible. Mais c’est d’autant plus motivant, car je sais que j’ai une très grosse marge, un très gros jet dans les jambes, sans doute à 76 m. » Son coach confirme : « Elle trouve un tel rayon et  une telle vitesse angulaire qu’elle a un peu de mal à tenir sur le 3e tour. »

L’essentiel est là, et même un peu plus : « C’est aussi un beau clin d’œil, poursuit Gilles, la voix émue. Car pour moi, la meilleure perf française, même si le record n’avait pas été homologué (ndlr : en 2003, à cause d’un terrain légèrement trop en pente), c’était les 75,20 m de Manuèla Montebrun. Là, Alexandra est juste au-dessus, mais il ne faut pas oublier qu’il y a des athlètes comme Manu qui ont fait des choses avant. »

 

La vice-championne d’Europe en titre poursuit elle sa série d’invincibilité, qui s’étire désormais sur toute la saison et cinq compétitions de rang. « J’ai validé tous mes objectifs de la saison, et je gagne encore une étape du Continental Tour. Maintenant, j’aimerais m’en fixer encore un : prendre la tête des bilans mondiaux », que détient pour l’heure la Biélorusse Hanna Malyshchyk avec une perf à 75,45 m. Ce sera peut-être la semaine prochaine, mardi 22 septembre, à Barcelone.

Enfin, si la performance de la sociétaire de l’Annecy HSA peut sembler logique, au final, au vu de sa régularité, la partie n’était pas gagnée d’avance, loin s’en faut. Dimanche, lors des championnats de France élite qu’elle avait disputés et remportés à Albi, une grimace et une épaule endolorie avaient fait souffler un vent d’inquiétude pendant le concours, au point que sa participation au meeting tchèque était un temps restée incertaine. « Mais le staff médical a fait un super boulot, et on a décidé qu’elle devait y aller », raconte Gilles. Bien leur en a pris

Cyril Pocréaux pour Athle.fr

 

 

Les commentaires sont fermés.